jeudi 30 décembre 2010

Des liens sur les villes en transition...

 Quelques coordonnées à propos des villes en transition : 
 
www.revuesilence.net    dont coéditeur du manuel de transiton de Rob Hopkins
la ville de Totnes en Angleterre (expérience ancienne) : site ?
transition Network,réseau international: http://www.transitionnetwork.org (en anglais)
Trièves en transition: http://aprespetrole.unblog.fr
Bonne préparation
François

dimanche 19 décembre 2010

Documentaires sur la Dette

Bonjour à toutes et à tous.

Voici les liens vers 2 documentaires d'animation sur la fabrique de l'argent et la création et nécéssité de la dette dans le système financier actuel!!
La première vidéo dure 1H et la deuxième à peu près 1H30.
Mais c'est franchement interressant!!

http://vimeo.com/8116254
http://vimeo.com/8088058


p.s: merci à Julien ;-)

samedi 18 décembre 2010

jeudi 16 décembre 2010

Bibliothèque coopérative

Les livres qui concernent la chose politique vieillissent vite...
Quelques années passées sur une étagère à prendre la poussière et on n'a déjà plus envie de les lire.

Alors, partageons-les !
 
Règles: 
- l'emprunteur s'engage à rapporter le livre le mois d'après
- l'emprunteur n'est pas tenu de lire le livre en entier, de toute manière, y'aura pas d'interro.
- les livres sont considérés comme donnés. On peut les récupérer au besoin mais s'il est perdu... tant pis.
- un repairé gère pendant tout le temps du repaire les emprunts et retours. Cela ne l'empêche pas de participer aux débats. Il faut juste être attentif.
- un cagnotte permet d'acheter les livres ou DVD que nous souhaitons acquérir en commun.
- les emprunts sont gérés par informatique pour communiquer plus facilement les données relatives aux emprunteurs aux institutions policières du pays.
- à compléter ou modifier... 

et aussi : la Bibliothèque de Là-bas sur le site de l'émission.

mercredi 15 décembre 2010

BASTA !


20 janvier, 20h : MOI LA FINANCE ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE
17 février, 20h : ULYSSE CLANDESTIN
24 mars, 20h : FIN DE CONCESSION

Changer de banque ?

Le 20 janvier au rex, 20h : 
MOI LA FINANCE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE
dans le cadre de la programmation BASTA d'Attac
 Des infos pour changer de banque : 



Le site Passerelleco

jeudi 2 décembre 2010

La "question" Rom et le racisme en France

Prochain Repaire de Là-Bas Si j'y suis :
le Jeudi 2 décembre 2010, à partir de 19h30
A MONTBRISON, au pub "Afro Cuban Club"
La question "Rom" et le racisme et France

http://www.solidarite-rroms.fr/

« Déchéance de la nationalité, discours de Grenoble, peine de bannissement, loi Besson, soupçon de mariage blanc et soupçon de mariage gris, identité nationale... Nos oreilles sifflent à force d’entendre parler des étrangers en terme simplistes, négatifs et réducteurs… » (La Cimade).

"Dans ce climat étrange pour « le pays des droits de l’homme », les Roms semblent faire l’objet d’un traitement tout particulier, au niveau national comme à un niveau plus local …
Une circulaire du Ministère de l’intérieur français date du 5 août 2010 a fixé comme objectif l’évacuation des campements illicites, « en priorité ceux des Roms ».
Sur St Etienne, cet été des familles Roms ont été expulsées à l’initiative de la municipalité, sans qu’elles se voient proposées de solution, … autre que la rue …

Les Roms dérangeraient, inquièteraient …

Mais qui sont ces Roms, que l’on nomme aussi tsiganes, gitans, manouches, bohémiens, … ces Roms que l’on confond souvent à tord avec les gens du voyage.

Un peuple disséminé dans de nombreux pays, un peuple sans territoire, … Pire, un peuple qui ne revendique aucun territoire …

Derrière les discriminations dont ils sont victimes, contre lesquelles le citoyen se doit de se révolter, les Roms nous dévoilent un mode de vie particulier et nous confrontent à l’acceptation de la différence ..."

A bientôt, amicalement, Jacques

samedi 20 novembre 2010

.

Même si on est pas en grève Mardi...Il me semble important de soutenir ceux qui ont prévu quelque chose.Depuis le début du mouvement Montbrison est resté bien calme.Je propose de se retrouver à midi en fin de cortège et de faire signer l'appel au référundum.
Faisant partie de Sud Education, j'aurai le drapeau sud je serai donc reconnaissable, si on est plusieurs sur la même initiative ça peut avoir "d'la gueule" et l'action aura un impact parce que cet appel on peut aussi le faire signer sur papier.
Que ça serve à quelque chose de manifester et de se réunir.
Devant la préfecture à midi avec des pétitions papier...

jeudi 4 novembre 2010

La SANTE dans tous ses états

Prochain Repaire de Là-Bas Si j'y suis :
le Jeudi 4 novembre 2010, à partir de 19h30
A MONTBRISON, au pub "Afro Cuban Club"
La santé dans tous ses états !
Le système de santé français connait comme beaucoup d'autres secteurs des transformations structurelles guidées par l'idéologie économique libérale. Ce n'est plus un secret pour personne : la santé est en train de devenir une marchandise.
Mais il y a probablement d'autres lieux que l'hôpital où cette idéologie opère vis-à-vis de la santé : La politique alimentaire avec les agrOGM, la criminalisation des troubles mentaux , le travail et ses ravages psychiques (suicides) ou physiques, la haine du vieillissement avec ses cortèges d'illusions…
La santé, dans tous ses états, dans tous ses aspects,
parlons-en comme on a envie d'en parler,
librement,
et ensemble.                  
François
A vos ordinateurs : pour ré-écouter les émissions de là-bas sur ce thème, c'est ici !

mercredi 3 novembre 2010

La fin de la médecine du travail ?

Cachée au fond de la réforme des retraites : la fin de la médecine du travail !

lundi 1 novembre 2010

Manifestation à St Etienne pour soutenir la réforme des retraites

 Une manifestante forézienne "de droite" raconte :

On est arrivé un peu en retard, il devait être 15h10 et les photos publiées ont été prises avant !
Il y avait 2-3 montbrisonnais dont Annie du repaire. On est restés environ une demie-heure devant l'hôtel de ville, puis on a défilé dans les rue piétonnes (en passant par Dorian, Dartyrs de Vingré..et Place du Peuple) en s'arrêtant devant les banques et en disant "merci les banques merci !".
 Une cinquantaine de personnes, un peu plus quand on a défilé il me semble et puis de retour sur la place on a encore scandé les slogans jusqu'à 17h :
- Les vraies valeurs sont dans nos portefeuilles
- Chômeur : voleur, t’as qu’à te lever de bonheur !
- L’ISF, faut que ça cesse !
- Afrique paie ta dette aux occidentaux !
- TF1 sur toutes les chaînes !
- On a bien mérité nos parachutes dorés !
- La précarité c’est la liberté !
- Chacun pour soi, pas les autres !
- Des militaires, pour le soutien scolaire !
- Ce n’est qu’un début, liquidons la sécu !
- Thatcher avec nous, Sarkozy t’es trop mou !
- La grossesse à six mois, le travail ça n’attend pas !
- La retraite, à 60 ans, on a morflé pour l’encaisser on s’battra pour la faire sauter !
- Une bonne guerre ça relance les affaires !
- Et un, et deux, et trois charters !

Parmi nous certains ont collé des autocollants sur les écrans des distributeurs devant lesquels on passait où il était écrit : "suite au mouvement social ce distributeur n'est plus approvisionné, nous remercions notre aimable clientèle de sa compréhension". 

Sinon d'une manière générale les gens ne comprennaient pas tous ce qu'on faisait mais ça a eu le mérite d'interpeller et de les faire se questionner et peut-être de se dire "Ha ouai en fait c'est ça la droite...c'est nul alors !" et les gens plutôt de gauche, soit ils comprennaient et rigolaient avec nous, soit ils nous jetaient des oeufs ! (un seul en fait !)



Retraites: Saint-Etienne joue la dérision

samedi 30 octobre 2010

Solutions locales pour un désordre global

Jeudi 18 Novembre à 20h
Au cinéma Rex de Montbrison
 
Film de Coline Serreau
 
suivi d'un débat mené par :
- Anne-Marie Griot, accompagnatrice moyenne montagne
et
- Gaby Rousset de la Confédération paysanne.
 
Dépassant la simple dénonciation d’un système agricole perverti par une volonté de croissance irraisonnée, Coline Serreau nous invite à découvrir de nouveaux systèmes de production agricole, des pratiques qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne.
 
BASTA, Voir Autrement
Deux ans après la faillite de la banque Lehman Brothers, La crise financière aboutit à la rigueur pour les populations ! Une fois de plus, les gouvernements néolibéraux agitent l’épouvantail de la dette publique - entretenue par des baisses d’impôts consenties à leur clientèle aisée - pour réduire les dépenses de l’Etat, privatiser les entreprises publiques, tailler dans les programmes sociaux et affaiblir les systèmes de protection sociale… par la mise en œuvre de l’habituelle « stratégie du choc ».
Des films et des débats pour décoder les stratégies politico-financières à l’œuvre, et pour réfléchir ensemble sur les actions et les luttes pour construire un autre modèle de développement…
 
Attac Forez

vendredi 29 octobre 2010

Petite arithmétique des retraites … cherchez l’erreur !

Article directement pompé avec l'accord de l'auteur sur le site :  http://www.retraites-enjeux-debats.org/



Le Président de la République, les membres du gouvernement, les parlementaires UMP et pas mal d’éditorialistes ne cessent de nous expliquer que, pour des raisons démographiques, il ne sera bientôt plus possible de financer les retraites par répartition. De l’autre côté : des ingénieurs, des syndicalistes, des artisans, des agriculteurs, des commerçants, des ouvriers, des économistes, des étudiants, des lycéens ont fait un calcul simple faisant apparaître qu’il ne serait pas très difficile de financer les retraites par répartition, même dans 40 ans.
Ils sont partis des données incontestables suivantes :
· au cours des 40 dernières années, avec une croissance annuelle moyenne de 2%, le PIB est passé de 1000 à 2000 milliards d’euros
· au cours des 40 ans prochaines années, le nombre de personnes de plus de 60 ans va en gros doubler. En 2010, pour 10 personnes « entre 20 et 60 ans » il y a 4 personnes de « plus de 60 ans ». En 2050, pour 10 personnes « entre 20 et 60 ans » il y aura 8 personnes de « plus de 60 ans »
· dans l’hypothèse basse où, sur les 40 prochaines années, la croissance serait seulement de 1% en moyenne annuelle (le gouvernement promet 2% et plus, afin de faire reculer le chômage), le PIB passera de 2000 milliards en 2010 à 3000 milliards en 2050
· la part des salaires, y compris les retraites, représente aujourd’hui en gros 60% du PIB. Plaçons nous dans l’hypothèse où l’on ne toucherait pas à la part des profits. C’est donc 60% du PIB que doivent se partager les « actifs » et les retraités. Donc 1 200 milliards en 2010 et 1 800 milliards en 2050. En signalant au passage, comme le fait remarquer pertinemment Bernard Friot, qu’un retraité qui cultive son potager produit plus de richesses que le consultant en communication d’un Président de la République.
Convenons que les 1 200 milliards sont représentés par un gâteau de 1 200 grammes et les 1 800 milliards par un gâteau de 1 800 grammes. Le problème d’arithmétique est donc le suivant :
« En 2010, dix salariés produisent un gâteau de 1 200 grammes, à partager avec 4 retraités, donc entre 14 personnes. En 2050, dix salariés produiront au minimum un gâteau de 1 800 grammes à partager avec 8 retraités, donc entre 18 personnes. Calculons le poids de la part de gâteau de chaque personne, en 2010 et en 2050. Puis regardons si la part de chacun en 2050 sera ou non plus petite qu’en 2010 ? »
Le calcul donne les résultats suivants :
· en 2010, la part de chacun est de 86 g (1 200 : 14) · en 2050, la part de chacun sera de 100 g (1 800 : 18) · en 2050 la part de chacun n’aura pas baissé. Elle aura même augmenté de 17% par rapport à 2010
Profitant d’un débat « Quel avenir pour les retraites ? », entre Xavier Bertrand et Bernard Thibault à Lyon le 25 septembre 2010, nous avons demandé à Xavier Bertrand si nos calculs étaient justes ou erronés. Le secrétaire général de l’UMP a reconnu que les résultats étaient justes, mais que l’énoncé du problème aurait du préciser que dans les 40 années à venir une partie de l’accroissement des richesses devra être consacrée à l’augmentation des dépenses de santé et à celles liées à la dépendance (le 5ème risque). L’augmentation de ces deux types de dépenses correspond à une augmentation du bien être, donc de la « richesse » ou qualité de vie. Nous pensons qu’il n’y a donc pas de raison de diminuer d’autant le gâteau à partager. Nous avons néanmoins, par curiosité, refait nos modestes calculs en réservant sur le gâteau de 2050 : 100 milliards de plus pour la santé et 100 milliards pour la dépendance. Donc, comme si le gâteau de 2050 ne pesait plus que 1 600 grammes. Résultats du nouveau calcul :
· en 2010, la part de chacun est toujours de 86 g (1 200 : 14) · en 2050, la part de chacun n’est plus que 89 g (1 600 : 18) · en 2050 la part de chacun n’aura donc toujours pas baissé
Cette arithmétique toute simple montre que notre système de retraites par répartition, que le monde entier nous envie, est tout à fait finançable à l’horizon 2050. De plus, contrairement aux systèmes d’épargne retraite par capitalisation, la répartition ne vient pas alimenter la financiarisation déjà très excessive du système économique.
C’est pour ne pas alourdir la démonstration que nous avons laissé de côté d’autres aspects qui permettraient de faire grossir le gâteau d’ici 2050, tels que notamment :
· récupérer une partie significative des revenus de la propriété lucrative (10% du PIB), ce qui est non seulement possible, mais indispensable pour l’intérêt général (cf B. Friot et d’autres)
· la part des richesses non marchandes, puisqu’elles ne sont pas comptabilisées dans le PIB
· les richesses supplémentaires qui pourraient être produites par les 4 à 5 millions de demandeurs de … travail et de salaire
André Martin             Co fondateur du site *http://www.retraites-enjeux-debats.org/*
----------------------------------
C'est un excellent petit exercice, qui non seulement est juste mais aussi évite le gros inconvénient, encore véhiculé parfois au sein du mouvement social, de tabler sur un doublement de la production, ce qui est pour le moins hasardeux compte tenu de la crise écologique.
Cet exercice est tellement utile qu'on pourrait le prolonger en ajoutant une question supplémentaire : 
Les élèves ayant posé une question sur les investissements, les professeurs indiquent qu'en 2010, les investissements bruts (nouveaux et de renouvellement) sont de 400 milliards et que (en les augmentant de 50% comme la production) il seront de 600 milliards (600 grammes pour l'exercice) en 2050.
Part nette de chacun :
en 2010 : (2000 – 400) / 14 = 114 grammes
en 2050 : (3000 – 200 – 600 ) / 18 = 122 grammes

Dans le dernier chapitre du livre d'Attac-Copernic, Retraites, l'heure de vérité, l'exercice est poussé jusqu'à imaginer qu'il n'y a pas de croissance du tout et la question est : de combien faut-il alors déplacer la part des travailleurs au détriment de celle des capitalistes pour qu'elle ne se traduise pas moins de grammes pour chacun ?

JMH

Barrio Populo - De jeunes musiciens foréziens engagés !

Ils ont 20 ans et un projet collectif gros comme ça : vivre de leur musique.
Et ils s'engagent les Barrios ! Ces jours-ci, on les trouve dans les manifs contre les retraites et ils n'hésitent pas à se lever très tôt pour participer aux actions militantes. et ces jeunes-là, ma brave dame, ils savent pourquoi ils se battent.
Leurs chansons chantent le monde tel qu'ils le voient : un monde à danser, un monde à dénoncer, un monde à changer.

Chapeau les artistes !

Amitiés.  Jérôme

jeudi 28 octobre 2010

On lâche rien !


HK & les Saltimbanks - On lache rien
http://www.saltimbanques.fr

L'immigration, parlons en ! Du 5 novembre 2010 au 17 mars 2011


Les retraites ? Ca continue !

Les actions continuent dans la Loire. Le courrier n'est pas arrivé hier dans le Forez ?
Normal...
Une centaine de grévistes bloquaient le centre de tri d'Andrézieux à l'initiative de l'AG intersecteurs.


Un repairé du Forez s'était infiltré...Le reconnaîtrez-vous ?


Retraites: nouvelle action coup de poing dans la Loire
envoyé par leprogres

jeudi 21 octobre 2010

CAPITALISM : a love story, le 21/10/2010 au REX

Prochain film de la programmation BASTA, voir autrement :
CAPITALISM : a love story
Jeudi 21 Octobre à 20h
Au cinéma Rex de Montbrison
Film de Michael Moore
avec un débat mené par Bertrand Lordon, professeur d'économie à St E.
Michael Moore s'attaque à la crise financière et prend d'assaut Wall Street, en dénonçant "la plus grande escroquerie de l'histoire américaine".
 Pour s'inscrire :
envoyez "BASTA ENCORE" à basta-attacforez@laposte.net.

mercredi 20 octobre 2010

Les retraites ? Mon oeil !

mardi 12 octobre 2010

jeudi 7 octobre 2010

7 Octobre 2010. Les retraites !

Prochain Repaire de Là-Bas Si j'y suis :
le Jeudi 7 Octobre 2010, à partir de 19h30
A MONTBRISON, au pub "Afro Cuban Club"

Les retraites* !

A vos ordinateurs : ré-écoutez les dernières émisions de là-bas sur le sujet.

L’enjeu des retraites, avec Bernard Friot

diffusée le mercredi 23 juin 2010
"L’enjeu central des retraites est l’émancipation du travail de la valeur travail." B. Friot
A la veille de la manifestation de ce jeudi 24 juin, cours magistral avec Bernard Friot, sociologue, économiste et auteur de "L’enjeu des retraites".

L’enjeu des retraites, avec Bernard Friot

diffusée le jeudi 2 septembre 2010
A la veille de la manifestation du 7 septembre prochain, retour sur la question des retraites avec Bernard Friot, sociologue et économiste, et auteur de "L’enjeu des retraites.

Parce qu’on le vaut bien

diffusée le mercredi 8 septembre 2010
Toute l’équipe de Là-bas si j’y suis est allée hier dans le cortège parisien glaner des échos de la manifestation contre la réforme des retraites. Slogans fameux et cuisants, des pompiers aux infirmières, les lendemains vont-ils chanter ?

Vive les retraites ! Le spectacle pédagogicomique !
* pas besoin d'introduire le sujet : tout le monde voit de quoi on parle, j'imagine.

Avis d'un Stéphanois éclairé

Bonjour les amis du Forez,
Bien entendu, l'argumentation de B. Friot mérite d'animer le débat sur les retraites.
En particulier, s'il nous aide à comprendre que dans la retraite par répartition il n'y a pas d'accumulation de capital, ce qui est insuportable pour le lobby financier qui pousse à la roue de ces réformes au niveau européen, c'est déjà très bien...
D'ailleurs, la dernière UNE du magazine "Challenges" est parfaitement explicite à ce sujet.
Cependant il faut tout de même savoir que les économistes d'Attac (qui m'ont convaincu) ne suivent B.F. que jusqu'à un certain point...
Ceux que ça intéresse pourront trouver ici :
Mais ça ne nous met pas à court de propositions solides : les sites de M. Husson et JM Harribey par exemple en contiennent pas mal...
Le vrai visage d'Eric Woerth, c'est celui d'Henri de Castries, PDG d'Axa Assurances.

Amusant comment une mise en page sur une couverture de magazine peut illustrer mieux qu'un long discours tout l'enjeu derrière la réforme des retraites.

Ils ont bien raison à Challenges, on devrait prendre des cours de communication chez eux !
Bons débats.
MC

dimanche 26 septembre 2010

Quinzaine Festive du cinéma citoyen

dimanche 19 septembre 2010

Il n'y a plus de guerre des classes !

"Il y a une guerre des classes en Amérique, c'est sûr. Mais c'est ma classe, la classe des riches, qui fait la guerre et nous sommes en train de gagner".

Warren Buffet, troisième fortune au monde, citation extraite du New york Times du 26/11/2006.

Un vrai philanthrope, ce Warren ! Sympathique non ?

samedi 18 septembre 2010

Retraites : les individus écrasés sous le poids grandissant du Capital


Le projet de contre-réforme des retraites ne s'attaque pas seulement aux mécanismes de solidarité, il écrase aussi les individualités sous le poids grandissant du Capital.
Les opposants au projet Sarkozy-Woerth, dont nous sommes, visent juste : inspiré par la logique inégalitaire du néolibéralisme, il accentue le déséquilibre de la répartition des revenus en faveur du capital et au détriment du travail, tout en pénalisant les femmes et les jeunes.
[...] La suite sur  www.lemonde.fr


Claude Calame, Christine Castejon, Philippe Corcuff et Jacqueline Pénit-Soria, co-auteurs du livre d'ATTAC, Le capitalisme contre les individus. Repères altermondialistes (éditions Textuel, 2010)

jeudi 16 septembre 2010

Présentation du Livre de B. Friot : L'enjeu des retraites


Bernard Friot, L’enjeu des retraites, La Dispute, Travail et salariat, 2010, 12 euros.

Bernard Friot a manifesté un intérêt certain pour la question des retraites depuis au moins deux décennies. Un stage de l’Apses à Strasbourg l’avait ainsi accueilli à l’initiative de Bernard Anclin (selon mes souvenirs). Il dirige la collection « travail et salariat » de l’éditeur La Dispute et y publie L’enjeu des retraites, un ouvrage qui répond à l’actualité de la question avec la réforme des retraites.
Bernard Friot y distingue deux conceptions opposées de la retraite compatibles avec la répartition, il défend la seconde. La première conception – néolibérale – de la retraite présente celle-ci « salaire différé », contrepartie d’un travail. Le montant de la retraite est alors assis sur un calcul d’actualisation : les cotisations sont fictivement cumulées dans un compte notionnel – à la suédoise – laissant en permanence au salarié la possibilité de consulter le montant accumulé et la pension équivalente (calculée en faisant le cumul des cotisations divisé par l’espérance de vie de sa cohorte à la date de liquidation) ; au-delà d’un âge plancher, l’actif prend individuellement la décision de partir en retraite (en liquidant ses droits à retraite) réalisant un arbitrage coût (la perte de revenu du fait d’un montant de retraite inférieur au dernier salaire, en prenant en compte le taux de remplacement) avantage (utilité des loisirs contre pénibilité du travail).  Ce « salaire différé » correspond à la formule « J’ai cotisé, j’ai droit. », selon un principe assurantiel caractéristique de la protection sociale. B. Friot défend la seconde conception selon laquelle la retraite constituerait un salaire continué dont le niveau serait assis sur la qualification. Ce « salaire différé » correspond à la formule « J’ai une qualification, j’ai droit. ». En effet, cela semble une évidence face au risque vieillesse d’échapper au travail (en tout cas à l’emploi) tout en percevant un revenu voisin.

La réforme actuelle des retraites a selon lui plusieurs conséquences négatives : l’augmentation de la durée de cotisation et l’abaissement du niveau des pensions, l’augmentation des décotes, le recul de l’âge de liquidation, la diminution du taux de remplacement, l’augmentation des inégalités de retraite, l’obscurcissement et le ralentissement de la construction du statut des retraités comme dégagés de la tyrannie de la valeur travail, le maintien des retraités dans le statut d’inactifs relevant de la prévoyance. Est en jeu la perception même du retraité, « à charge de la société » et ne devant compter que sur lui-même, sauf à vivre la « déchéance » de dépendre de l’aide sociale. Donc la réforme actuelle affaiblit grandement la solidarité intergénérationnelle et intragénérationnellle.

B. Friot retrace l’histoire des pensions avant la réforme actuelle. Les premières pensions de retraite datent de 1853 avec la pension de retraite des fonctionnaires (la retraite est alors un traitement continué et constitue une reconnaissance de la qualification puisque liée au grade). Le régime général créé en 1945 souffre du refus des cheminots, des travailleurs de l’énergie (gros bastions de la CGT) d’intégrer le régime général, ainsi que du refus des indépendants préférant des régimes spécifiques. Les fonctionnaires ne sont pas non plus intégrés dans le régime général et dépendent de régimes spécifiques de fonctionnaires. La loi de 1948 prévoit l’indexation des pensions sur les salaires. En 1956 apparaît le minimum vieillesse pour limiter la pauvreté des personnes âgées. En 1987, la réforme Seguin indexe les retraites sur les prix. En 1993, la réforme Rocard-Bérégovoy est avortée mais aussitôt suivie de la réforme Balladur « réussie » qui prévoit la séparation du contributif et du non contributif (principe établi par Rocard dès 1991) et le durcissement des conditions de perception d’une retraite à taux plein pour le privé. La réforme Juppé de 1995 a rencontré une opposition massive. En 1999, le gouvernement Jospin crée le Fonds de réserve des retraites (insuffisamment abondé). En 2001, Jospin crée le COR, Conseil d’orientation des retraites, qui constitue un référentiel consensuel de la réforme. La réforme Fillon-Chérèque de 2003 (sous gouvernement Raffarin) prévoit l’alignement du public sur le privé en reprenant les conditions du privé pour une retraite à taux plein. La réforme Bertrand de 2008 (sous gouvernement Fillon) complète les précédentes. Le rapport du COR de janvier 2010 traduit dans la réforme en cours marque un coup d’arrêt quantitatif au mouvement de continuation du salaire dans la pension à partir de 60 ans et qualitativement délie la pension du salaire pour la lier à l’épargne, au revenu différé et à l’allocation tutélaire (pour tous ceux que les durcissements des conditions et les difficultés à avoir des carrières complètes du fait de la précarité sur le marché du travail rejettent en dehors de l’assurance-retraite).

Ainsi, le COR prévoit un taux de remplacement en 2000 de 64% pour les cadres et de 84% pour les non cadres, et en 2050 de 43% pour les cadres et de 64% pour les non cadres. Pour Bernard Friot, il y a accaparement des gains de productivité par le profit du fait du gel du taux de cotisation patronale depuis 1991 et même de son recul depuis la fin des années 1990 avec les exonérations dégressives jusqu’à 1,6 fois le SMIC, et de la très légère hausse du taux de cotisations salariales depuis le milieu des années 1990. Il considère qu’il s’agit d’un assèchement planifié des ressources salariales du système des retraites. De ce fait, en 2010, si 80% des nouveaux retraités sont des « rentiers » bénéficiant d’une épargne financière, 20% des nouveaux retraités sont des « assistés » percevant une allocation tutélaire, et cet accroissement des inégalités devrait se poursuivre.

Il s’agit d’un ouvrage instructif et bien informé, dans lequel ou reconnaîtra le vocabulaire (ou la patte) d’un marxisme renouvelé (faut-il dire actualisé ?). La proposition intelligente de fonder la retraite sur la qualification suppose simultanément de restaurer la qualification comme pierre angulaire du niveau de salaire, ce qui n’est pas pour déplaire aux professeurs que nous sommes… Les retraités sont une richesse !

samedi 11 septembre 2010

TV B-GONE, la solution pour éteindre toutes les TV*

Certains d'entre nous sont déjà adeptes de cet outil d'auto-défense intellectuelle tellement indispensable qu'il faudrait l'emporter sur l'île déserte**.
Pour la trouver, c'est encore sur le site des mutins !


* Dans les bars, les magasins, les salles d'attente, chez les voisins pour les rendre fous...
** Savez-vous que nous ne sommes plus obligés de mettre les accents ^ sur les i ? Les points si, encore !

La roue des privilèges


La roue des privilèges sur le site des mutins de Pangée.
Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter ce jeu grand-public ! Très bon.


Allez ! On fait la même chose sur la place du marché de Montbrison ?

Jérôme

9 septembre - Bilan et idées pour les repaires de la saison 2010-2011

Bon on était pas très nombreux ce jeudi 9 septembre.
26, ça fait pas un gros effectif, on n'a pas l'habitude !

Pour finir la soirée, après avoir débattu de l'actualité et notamment celle qui concerne les roms, nous avons fait un bilan de ces dix premiers repaires foréziens.

En vrac :

Boissons chaudes

Certains voudraient des boissons chaudes l'hiver.

Pub

Il faudrait faire plus de pub, notamment dans la presse (qui sait faire ça facilement ?)

Discussions dans les groupes
- il est important de ne pas dépasser 10 pour que chacun puisse s'exprimer facilement
- chut ! les conversations croisées montent le niveau sonore et il devient difficile de s'écouter au seins des groupes
- expérience sympa au cours du repaire sur le travail à renouveler : lancer une question et faire un tour de table pour que chacun donne sa réponse
- il faut dans chaque groupe une personne qui s'occupe de recadrer le débat, de relancer les questions ou les pistes trop vite abandonnées et qui répartit la parole parce qu'on est qqu'uns à être trop bavards et d'autre pas assez...cestuy-là devrait être désigné en début de discussion
- Les discussions permettent de se redonner un petit pouvoir concernant l'analyse de l'info, respect de la parole de chacun ...Côté tout simplement agréable!

Certains ont souligné que cela rassurait de voir qu'on n'était pas seul à penser
les mêmes choses bien qu'on aimerait aussi entendre le point de vue et les
arguments de personnes qui ne partagent pas notre façon de voir.
Mais comment les amener à venir dans notre"repaire"? Il a été souligné la qualité d'écoute dans
les groupes. Cette réflexion permet d'argumenter quand on est dans d'autres lieux,
quand on milite dans des associations,...



Conférences :
A éviter, plutôt donner la parole au sein des groupes à des personnes qui connaissent le sujet et qui le vivent de l'intérieur. Favoriser les échanges directs d'expériences pour mieux appréhender les réalités et la complexité de notre société.

Blog.
Construit pour être collaboratif, on le garde sous sa forme actuelle de vitrine du repaire. Ses capacités à être un outil d'information et de communication citoyenne ne sont pas encore utilisées. Les associations du Forum Social Local sont invitées à s'emparer de cet outil.

Accueil des petits nouveaux : 
Certains d'entre nous se connaissent bien et s'appellent par leurs prénoms. Le repaire devant être accueillant et ouvert, il semble important de s'échanger les prénoms avant de débattre. Pour le métier ou la position dans la hiérarchie sociale, on peut éviter de se précipiter... de manière à se mettre à égalité : tous citoyens !

S'impliquer :
Déléguer ! Le repaire est l'affaire de tous ceux qui ont envie de s'y impliquer un peu. Les sujets sont décidés en fin de soirée par ceux qui restent 10 minutes de plus.
Mais il n'y a pas de noyau réel capable de prendre une décision parce qu'il faut bien des fois ! Alors j'en parle à droite à gauche, aux copains d'Attac notamment... Ca marche comme ça.
On peut :
- faire de la publicité : renvoyer les courriels à des non-inscrits, placarder l'affiche...
- chercher des personnes qui seraient intéressantes à écouter sur un sujet particulier
- collaborer à l'information locale ou autre sur le blog
- préparer un repaire et l'animer
- contribuer à trouver des documents pertinents pour l'introduction d'un sujet (lecture d'un texte, vidéo...)

Des idées pour de nouveaux repaires : 
- L'exemple des villes en transition vers l'après-pétrole.

- Regarder une conférence de Chomsky à Paris et en débattre
- La culture : le rôle et la place de la culture dans notre démocratie ?
- Coupler deux repaires sur deux mois : 1) conférence ou film + 2) débats
- L'immigration
- La santé
- La justice
- La démocratie participative
- Les médias

jeudi 2 septembre 2010

[Repaire de Là-bas Si j'y suis n°10] MONTBRISON 09/09/2010 - Mais que s'est-il passé pendant l'été ?

Finie la pause de l'été !
Prochain Repaire de Là-Bas Si j'y suis :
le Jeudi 9 Septembre 2010, à partir de 19h30
A MONTBRISON, au pub "Afro Cuban Club"

Ciel ! C'est la rentrée* !
Mais que s'est-il passé pendant l'été ?
Au menu** de l'emploi du temps : discussions autour de l'actualité des vacances.
Et on donne tout de suite les devoirs pour la maison :
venez avec un sujet de notre actualité estivale plus ou moins passée à la trappe sous les coups de soleils et les coups fourrés.
Nous prendrons le temps de s'auto-informer. 2 points de bonus accordés à ceux qui viennent avec un article au titre de l'illustration ! Les clés USB sont acceptées...
Nous prendrons aussi le temps de faire le point sur le déroulement des repaires précédents : forme, rythme, choix des thèmes, "critiques", attentes, propositions, comment s'ouvrir à un nouveau public, comment "aller plus loin"... et tout et tout*** !
* Pour ceux qui s'étaient arrêtés de quelquechose bien sûr.
** Rien à voir avec ce que nous avions décidé. Trop compliqué pour cette fois.
*** Bien joué Georges !

"La télé, c'est de l'actualité qui se congèle en histoire. Aussitôt fait, aussitôt dit."
Raymond Queneau, Les Fleurs bleues

jeudi 1 juillet 2010

Repaire de Là-bas Si j'y suis n°9 MONTBRISON 01/07/2010 - Mondialisation ou Globalisation ?


A l'heure où beaucoup d'entre nous, adeptes du foot, regarderont le grand spectacle planétaire du Mondial, nous débattrons de la mondialisation dont nous entendons tant parler.
Mais qu'est-ce que la "mondialisation" ?
Les anglo-saxons parlent plutôt de "globalisation"... C'est pareil ? Pas si sûr...
Chacun pourra donner son avis lors de ce dernier repaire avant la coupure estivale.
Mondialisation
ou
Globalisation ?

Dans quel monde on vit... Je vous le demande ma brave dame!

Prochain Repaire de Là-Bas Si j'y suis : 

le Jeudi 1er Juillet 2010, à partir de 19h30
A MONTBRISON, au pub "Afro Cuban Club"
Télépréparation de ce Repaire par retour de courriel. Si vous avez des idées...

Mondialisation et Globalisation : Préparation Collective !


Ci dessous nos contributions (par retours de courriels) pour comprendre un peu mieux le sujet du 1er Juillet : 
-----------------------------------
Une mine d'infos sur les problèmes et les conséquences de la mondialisation
Consultez ce site:
Robert.B.
-----------------------------------

Réécoutez les émissions de Là-bas si j'y suis sur ce thème : Mondialisation libérale et Altermondialisation

-----------------------------------

 Livres concernant la Mondialisation à la Bibilothèque de Montbrison (sélection toute personnelle, y'en a d'autres et pour tous les goûts...) : La liste.

Jérôme G.

--------------------------------

 Au suivant...